PUTAIN D’VIE !

putain_de_vie


CALENDRIER | DOSSIER PUTAIN D’VIE !


 

Quelques loupiotes multicolores comme un lendemain de fête.
Trois personnages entrent. Clochards ? Clowns ?
Et soudain jaillit une voix ardente, sensuelle qui chante la liberté de l’homme, raconte la détresse et la fierté des exclus.
Et c’est parti pour le défilé !
Ouvriers exploités, enfants maltraités, putain répudiée, cocu humilié, sans-abris oubliés… Des vies jetées à la figure. Avec des rires, des pleurs, des torrents d’amour.
Indignation, revendication, insoumission, rebellion mais aussi jubilation… sur fond d’accordéon et de chansons.



Un verbe fleuri et truculent, une parole vivante et quotidienne, un texte éclatant rempli d’images débordantes, une poésie à fleur de peau…
Un spectacle empreint de révolte et d’ironie, de tendresse, de pudeur.
Avec en filigrane cette question :
« C’est quoi habiter ensemble sur la terre ? »



L’Auteur :

Jehan Rictus ? Une poésie centenaire, qui crie pour nous « aujourd’hui ! ».

Une poésie actuelle, c’est bien triste à dire.
Qui nous parle comme si elle sortait toute fraîche de notre nouveau millénaire.

Quoi, avons-nous fait si peu de progrès, que le « grand squar‘ d’Amour » rêvé par Rictus soit encore aussi loin ?



L’un des plus beaux chants de Rictus, le plus beau peut-être, le fameux « si qu’y r’viendrait », imaginant un retour du Christ sur terre, est une sorte de lamento sur la justice sociale qui n’a pas fait un pouce de progrès depuis l’époque où vivait « l’rouquin au cœur pus grand qu’ la vie », un chef d’œuvre d’une ébouriffante actualité.



Ces chants sont une épopée de la rue, où vit et souffre, une population dont la rue est le domaine et si l’on peut dire la maison…les femmes, et la première prostituée.



Un chant sur la misère des femmes. Sans attendrissement : l’humour et le rire ne sont jamais loin.
La langue du poète est toute fraîche, comme si les fortifs attendaient encore la chanson du « cœur populaire ».
L’argot-oh, pas trop- devient la langue poétique, l’argot qui tout à coup donne au poème la surprise et l’obscur d’un Valéry.



Jehan Rictus, un poète, oui un vrai poète par les inventions et ces métaphores directes, issues d’un seul jet de la langue commune et qui « pilpatent comme un goujon chopé vivant ».

Une très curieuse musique de la langue, qui fait fi des e muets pour la faire sonner autrement.
La rime, oui, mais servante et non pas esclave.
Un poète à dire, à chanter, une chanson qui comme toute autre, et mieux, dit ce qui est à tous, le désir, le malheur, le rêve, la faim, l’espérance.  



Sans parler d’une autre espérance, présente, celle d’œuvrer pour « remett’ tout en équilibre » puisque « l’homme est tout seul dans l’univers ».





Note d’intention :

La nécessité de porter à la scène la parole de Jehan Rictus a été insufflée par Chantal Laxenaire et Dominique Bouché ; un coup de foudre pour cette langue qui pétille à l’oreille et fait chaud au gosier ; une passion pour ce poète de la misère qu’elles ont su nous faire partager.



Nos mots clés pour cette aventure collective ? « Confiance », « affinités », « chance », « envie », « hasard », «  plaisir du jeu », et « goût du risque » aussi. Et surtout « création ».



Comme d’habitude somme toute.
Car c’est toujours la même ligne de conduite que nous tentons de développer, parce que nous croyons que c’est la seule possible.



Nous voulons faire passer un souffle en jouant les cartes dont nous avons envie, avec nos passions, nos désirs….



Avec « Putain d’Vie » nous tâchons d’établir une relation différente entre les comédiens et le public, une relation basée sur la proximité.
Nous sommes aussi à l’affût de lieux inédits ou insolites.



Avec la volonté d’offrir ce qu’est pour nous le théâtre : regarder, écouter les artistes qui sont des passeurs d’émotion.
Simple, mais nécessaire pour vivre en humain…


DISTRIBUTION


Écriture : Jehan RICTUS
Mise en scène : Didier PERRIER
Interprétation : Dominique BOUCHÉ, Chantal LAXENAIRE, Thibaut MAHIET

Affiche et scénographie : Jean-Marc CHAMBLAY
Décor musical, chant : Chantal LAXENAIRE
Régie / Lumière : Matthieu EMIELOT

 

Presse…

« Les comédiens prennent un plaisir visible à cet humour très noir et au génie de l’invective. Le jeu des physionomies est à la mesure du projet. On attend la suite avec reconnaissance. »
L’Humanité

« Comment parler de la misère et de la pauvreté sans tomber dans le misérabilisme d’une façon presque dérangeante? Réponse délicatement menée pourtant par la Compagnie l’Echappée dans cette création drôle, émouvante, touchante mais surtout drôlement intelligente. »
L’Hebdo Vaucluse

« En spectateur optimiste, nous retiendrons toutes ces belles choses qui nous ont permis de rêver, de nous évader, de nous émouvoir, de rire, de penser. Décrasser nos cerveaux et nos coeurs, n’est ce pas la mission première du théâtre? »
La Marseillaise

« Putain d’Vie est l’expression de la gueulante qua pousseraient les pauvres si on les écoutait. La mise en scène est très simple, et c’est ce qui fait toute l’humanité de la pièce. On a le sentiment que les acteurs se mettent à nu devant nous. Ce spectacle vous touchera forcément. Bouleversant. »
Gaëlle Vallet. egazetteduspectacle.com

« Un spectacle plein de rires et d’émotions. Une mise en scène très soignée de Didier Perrier. »
Philippe Robin. L’Union

« Un moment superbe de bonheur et presque de fraternité avec cette troupe épatante. C’est d’une beauté brute de décoffrage à en pleurer. »
Guy Domain. Le Progrès de Lyon

 

putain_de_vie_affiche

PHOTOS