ICARE, BRUISSENT TES AILES ET RANGE TA CHAMBRE

Création 2021. Premières représentations du 8 au 11 Mars 2021 à la Scène Europe de Saint-Quentin.

CALENDRIER | DOSSIER DE PRÉSENTATION


NOTES D’INTENTION

Le mythe est ce qui traite d’un caractère intrinsèque à l’humanité et qui, de ce fait, possède une dimension intemporelle. Ainsi en est-il du mythe grec d’Icare.
Dans le but de se sauver de la Crête et de retourner à Athènes, Dédale attache à son dos et à celui de son fils Icare des ailes de sa fabrication qui tiennent grâce à de la cire et leur permettront à tous deux de s’envoler. Avant de quitter la terre, Dédale donne l’ordre à Icare de ne pas trop s’approcher du soleil. Mais il est bien trop tentant pour le fils de transgresser l’ordre paternel et d’aller voir de plus près cet astre rendu fascinant par l’interdiction. C’est alors que la cire qui maintenait les ailes d’Icare commence à fondre à proximité du soleil et que celui-ci chute dans l’étendue d’eau qui portera son nom, la mer icarienne.

Le théâtre, la vidéo, le chant, la danse, ainsi que l’utilisation des techniques modernes, permettront aux spectateurs de vivre pleinement une catharsis. Les rapports père-enfant, mais également la communication, le non-dit, le mensonge, la formation de soi, sont autant de thèmes qui donneront à réfléchir après la pièce.

« Que l’on se souvienne de mon ascension fulgurante et non de ma descente funeste. Ne me tuez pas une seconde fois en me résumant à une chute », dit Icare après avoir vu le soleil.

Didier Perrier

 

Trop imprudent Icare ! Orgueilleux, naïf, enfant, il n’a rien maîtrisé, rien écouté : pas plus les conseils de son père que les brûlures du soleil qui précipitent sa chute. De quoi Icare est-il alors fautif ? D’avoir oublié combien sage est la mesure ?  Combien puni est celui qui transgresse les conseils donnés ?

De tous les héros hybristiques, Icare est peut-être celui qui n’accomplit rien ou si peu : il subit les foudres de Minos qui s’abattent sur son père, il écoute le père ingénieux qui pour le délivrer du labyrinthe construit ces ailes et c’est là qu’il s’échappe. Etrange liberté, recouvrée à coup d’injonctions…

L’adolescence n’est pas un concept antique : on y est enfant ou adulte.  Dans la mesure ou à côté. Si votre père vous a fabriqué des ailes, c’est par besoin : on écoute, on applique.

Je me plais à croire en un Icare en loopings au-dessus des flots : il aurait désobéi oui, son père aurait un peu crié : “fichue adolescence, c’est qu’un mauvais moment à passer c’est tout, atterris pas trop loin quand même !”

De quoi aujourd’hui les ailes d’Icare seraient-elles le nom ? Quand on sait le poids de l’adolescence dans la construction d’un individu, faudrait-il souhaiter qu’elles brûlent, les ailes d’Icare, pour lui apprendre la tempérance ?

Je me plais à voir UNE Icare, fille d’un père ingénieur, enfant perdue dans le labyrinthe de ses pensées ; elle a dix ans – c’est déjà mal barré – comment vole-t-elle aujourd’hui ?

Comment l’élever Icare ?

Libérer sans contraindre, comprendre sans juger, dévoiler sans mentir ?

Comment t’élever, Icare… ?

Sabrina Cauchois


L’auteure

Titulaire d’une maitrise de Lettres Classiques, Sabrina Cauchois est professeur certifiée de Lettres modernes depuis 2004. Dans le cadre de son parcours universitaire elle suit les enseignements de Dominique Durvin, puis, lors d’ateliers théâtre adultes, ceux de Didier Perrier et Vincent Dussart.

Elle dirige des ateliers théâtre au sein des établissements qu’elle a fréquentés, et pour lesquels elle écrit et met en scène : LibertéS, Écran total, Où va la pluie quand elle s’endort, Trois jours Lola et Raphaël, Là où les noms sont rouges.

En 2012, elle crée sa propre compagnie théâtrale, La Marelle, dans le but de promouvoir un théâtre qui puisse soulever les trop nombreuses interrogations qu’elle a sur le monde. Elle écrit pour cette compagnie Tricher n’est pas jouir, Compter pour elles, Tous les murmures.

En 2018, elle est lauréate d’une bourse SACD Beaumarchais avec Tout au fond dans mon ventre, gargouilles. Pour la compagnie L’Échappée, elle écrit le premier épisode d’un feuilleton théâtral intitulé Déni d’entraves.


DISTRIBUTION


Réalisation : Compagnie L’ÉCHAPPÉE
Écriture : Sabrina CAUCHOIS
Mise en scène : Didier PERRIER
Interprétation : Christelle FERREIRA, Chantal LAXENAIRE, Thibaut MAHIET
Lumière : Matthieu EMIELOT
Scénographie : Olivier DROUX
Musique : Chantal LAXENAIRE
Costumes : Sophie SCHAAL
Photographie : Amin TOULORS
Affiche : Alan DUCARRE
Diffusion : Marion SALLABERRY
Administration / Production : Laure STRAGIER
Secrétariat / Communication : Sylvie BORDESSOULLE


Soutien :

Drac Hauts-de-France
Ministère de l’Éducation nationale / Rectorat d’Amiens
Région Hauts-de-France
Conseil départemental de l’Aisne
Ville de Saint-Quentin


Partenariat :

Scène Europe / Saint-Quentin (02)
Maison de la culture et des Loisirs / Gauchy (02)
Le Mail – Scène culturelle / Soissons (02)
Ferme théâtre de Malvieille / Moulidars (16)
Le Palace / Montataire (60)


VIDÉOS


LE JOURNAL D’ICARE#1_LES PRÉMICES

LE JOURNAL D’ICARE#2_DE L’ÉCRITURE AUX PREMIERS PAS

LE JOURNAL D’ICARE#3_PREMIÈRE ÉTAPE D’EXPÉRIMENTATION

LE JOURNAL D’ICARE#4_DU TEXTE À LE SCÉNOGRAPHIE


INSTANTS DE RÉPÉTITION